Le soleil sans se brûler

(Editions Elyzad 2015) Il s’agit du 5ème roman publié de l’écrivain Théo Ananissoh. Il y a d’abord eu Lisahohé (2005), Un reptile par habitant (2007), Ténèbres à midi (2010) et L’invitation (2013).  Je découvre donc cet auteur par sa dernière publication. De manière générale cela ne pose pas de problème. Mais ici, nous avons affaire à un texte d’une richesse inouïe, mais qui suppose quelques prérequis. Un peu comme lorsque vous empruntez de l’argent à votre banquier pour acheter une maison, il vous faut au préalable des fonds propres. Difficile donc de saisir la...

Lire la suite

Ville cruelle ou le choix entre la peste et le choléra

« Ville cruelle » est le premier roman d’Alexandre Biyidi Awala, dit Mongo Beti. Il l’a écrit sous le pseudonyme d’Eza Boto. Publiée en 1954 par Présence africaine, cette œuvre pose des jalons. Ceux de la réflexion de Mongo Béti sur les causes du drame d’une Afrique déjà exsangue pendant la colonisation. Les personnages principaux, Banda, Odilia et Koumé évoluent dans une ville coloniale africaine des années 1930. Ou plutôt dans deux versants de ladite: le Tanga « étranger » celui de l’administration et des Blancs et le Tanga « indigène » celui des...

Lire la suite

Triangle amoureux

« L’anté-peuple » est le premier roman de Sony Labou Tansi – de son vrai nom Marcel Ntsoni – romancier, poète et dramaturge congolais né en 1947 et décédé en 1995. L’ouvrage original a été écrit en 1976, mais n’est paru qu’en 1983 aux éditions Le Seuil. Il a été réédité en format poche aux éditions Points Seuil en 2010. Plusieurs – dont l’auteur certainement – ont vu dans cette œuvre, une fresque de la réalité politique et sociale des Congo des deux rives après les indépendances. Il est vrai que pauvreté, népotisme, corruption,...

Lire la suite

Tous Nos Noms… et peu d’émotions

Par Flore Agnès Nda Zoa Tous nos noms est le troisième roman de l’Américain d’origine éthiopienne Dinaw Mengestu. C’est, à en croire les avis compétents de la presse autorisée (The New  York Times, The Financial Times et The Washington  Post notamment, et leurs confrères français et allemands) un véritable chef-d’œuvre. Comment font-ils pour dire avec autant de chaleur cette écriture froide qui dépeint une passion tiède ? Tous nos noms, c’est le déroulé de deux trames narratives qui s’entrelacent tout au long du roman, en créant l’ambiance...

Lire la suite

Dialogue avec des sourds

« Mongo Béti parle » dont le sous-titre est « testament d’un esprit rebelle » est un texte d’Ambroise Kom, né d’entretiens entre ce dernier et Mongo Béti en juillet 98 et juillet 99. L’ouvrage original est paru en 2002 au Bayreuth African Studies Series et a été réédité en 2006 aux éditions Homnisphères. Ce sont 295 pages de réflexions sans tabou – ce n’est pas le genre de la maison – de l’intellectuel hors normes qu’était Alexandre Biyidi sur des thèmes aussi variés que l’économie, la politique, la culture ou l’histoire de l’Afrique...

Lire la suite

Le portrait « presque cocasse » d’une Afrique qui luttait…

BETI, Mongo. Remember Ruben: 1. Union générale d’éditions, 1974.​ Par Flore Agnès Nda Zoa Jacques Salomé dit qu’ « un livre a toujours deux auteurs : celui qui l’écrit et celui qui le lit ». Me voici donc auteur d’une lecture de Remember Ruben, mille fois cité, mais si peu souvent redécouvert. Vous trouviez Les Vampires du Godstank de Hubert Mono Ndjana, une métaphore filée au vitriol, peut-être devriez-vous redecouvrir le père de l’engagement littéraire au Cameroun, Mongo Beti. Il est amer… Ceci n’est-il qu’un roman ? Un...

Lire la suite