Charles Onana est l’auteur de cet ouvrage publié, en 2003, aux éditions Duboiris. La trame de l’enquête de ce journaliste d’investigation, est de rétablir l’histoire.

10 Mai 1940.La « wehrmacht » (armée de l’Allemagne nazie) attaque la France et «  déclenche une offensive militaire de grande envergure sur tout le territoire national ». L’ambition des troupes hitlériennes, est de soumettre toute l’Europe et de construire la grande Allemagne. Dans l’incapacité de tenir tête aux allemands, les vichystes entreprennent de capituler. En revanche, les gaullistes sont optimistes. Ils entendent combattre l’ennemi. Mais face à la crise en ressources humaines, ils sont contraints de se tourner vers l’Afrique. En fait, « De Gaulles constatant qu’il ne pouvait pas recruter massivement sur le territoire français, s’est alors tourné vers les villes et les villages africains ».L’Afrique deviendra donc le quartier général des opérations de la résistance et de la libération de la France. Des tirailleurs « français » venant d’Afrique noire et du Maghreb seront recrutés et défendront l’empire colonial. Nonobstant leur implication dans la libération de la France lors de la seconde guerre mondiale, les tirailleurs seront méconnus par les français et l’histoire.

Le «  scandale de Thiaroye » a du mal à être oublié. Les pensions des tirailleurs ont été embrouillées et cristallisées. Charles Onana s’insurge contre cette injustice criante. Il rétablit l’histoire à la lumière des preuves irréfutables : archives et correspondances. L’enquêteur revendique la reconnaissance et l’indemnisation des tirailleurs. Il crie également haro sur la France, qui a brillé par sa capacité à écrire l’ «… histoire de façon sélective… » et «  … à coups de gomme et de ratures ».Ladite technique d’écriture à égaré des générations entières. Sa déconstruction s’impose.

Le présent ouvrage est à la fois, un plaidoyer et un réquisitoire. Il clame la réhabilitation des héros ignorés et réprime l’ingratitude qui leur a été servie. À demi-mots, l’ouverture des documents relatifs à l’histoire de la résistance et de la libération de la France, jouerait un rôle important dans l’exhumation de la vraie histoire et l’inhumation de la philosophie du dédain, qui qualifie l’africain de : spectateur de l’histoire.

Par Nkul Beti.