Wangari Muta Maathai est née le 1er avril 1940 au Kenya et morte le 25 septembre 2011. Elle était une biologiste kényane et une professeure d’anatomie en médecine vétérinaire. Cependant, elle est mieux connue pour son militantisme politique et écologiste. Le 8 octobre 2004, elle devient la première femme africaine à recevoir le Nobel de la paix pour « sa contribution en faveur dudéveloppement durable, de la démocratie et de la paix ». Wangari Maathai a écrit et préfacé de nombreux livres. Elle a obtenu le Grand prix littéraire des lectrices ELLE 2008 catégorie Document, pour « Celle qui plante les arbres ».
Ses œuvres :
Wangari Maathai, (Nicolas Hulot et Gro-Harlem Brundtland signent la préface) (trad. Jean-Paul Mourlon), Pour l’amour des arbres, L’Archipel,‎ 2005, 164 p
Wangari Maathai (trad. Isabelle Taudiere), Celle qui plante les arbres, Héloïse d’Ormesson,‎ 2007, 380 p.  Wangari Maathai (trad. Claire A. Nivola), Mama Miti, la mère des arbres, Le Sorbier,‎ 2008
Wangari Maathai, Un défi pour l’Afrique, Héloïse d’Ormesson,‎ 2010 
Wangari Maathai, Réparer la Terre, [« Replenishing the Earth »], Paris, Éditions Héloïse d’Ormesson, 
Wangari Maathai, Unbowed: A Memoir, Knopf, 2006.
Wangari Maathai, The Greenbelt Movement: Sharing the Approach and the Experience, Lantern Books, 2003.
Wangari Maathai, The Canopy of Hope: My Life Campaigning for Africa, Women, and the Environment, Lantern books, 2002.
Wangari Maathai, Bottom is Heavy Too: Edinburgh Medal Lecture, Edinburgh UP, 1994.