L’un des écrivains bantous les plus marquants : Thomas Mofolo écrivit trois romans dans sa langue maternelle, le sesotho, et on le considère généralement comme le premier romancier africain du xxe siècle. Ces deux romans nous révèlent Mofolo partagé entre une attitude chrétienne, le portant à condamner l’Afrique prémissionnaire qu’il considère comme cannibale et « enveloppée de ténèbres », et son propre bon sens qui perçoit clairement les effets négatifs des missions sur la vie des tribus
Son premier roman, Voyageur pour l’Orient (Moeti oa Bochabela), parut en feuilleton dans un journal en sesotho, Leselinyana, en 1906, puis sous forme de livre l’année suivante. C’est une parabole chrétienne présentant un jeune homme qui, rebuté par la mentalité des membres de sa tribu, part à la recherche de Dieu ; Dieu, pense-t-il, doit comme lui être dégoûté de la corruption humaine. ..