Née en 1941 au Sénégal, est une femme de lettres, surtout romancière, l’une des pionnières de la littérature africaine francophone. Aminata Sow Fall porte un regard critique sur une société sénégalaise en pleine mutation dont elle dénonce l’hypocrisie et, comme d’autres femmes de sa génération, l’idéologie patriarcale. Ainsi, dans son œuvre la plus connue, La Grève des bàttu ou les déchets humains, qui lui a valu le Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1980, elle imagine en s’appuyant sur des faits réels une grève de mendiants chassés de la capitale par des autorités soucieuses de promouvoir le tourisme. Les romans d’Aminata Sow Fall sont devenus des classiques, aujourd’hui inscrits dans les programmes d’enseignement.
Ses œuvres :
Le Revenant, roman, 1976
La Grève des bàttu, 1979 : présélectionné par le jury du prix Goncourt en 1979 ; Grand prix littéraire d’Afrique noire en 1980 ; porté à l’écran par Cheick Oumar Sissoko en 2000.
L’Appel des arènes, roman, 1997: présélectionné par le jury du prix Goncourt en 1982 ; Prix international pour les lettres africaines ; porté à l’écran par Cheikh N’Diaye en 2006
Ex-Père de la Nation, roman, 1987
Le Jujubier du patriarche, roman, 1993
Douceurs du bercail, roman, 1998
Un grain de vie et d’espérance, réflexion sur l’art de manger et la nourriture au Sénégal suivie de recettes proposées par Margo Harley, 2002
Sur le flanc gauche du Belem, in L’Odyssée atlantique (collectif), nouvelle, 2002
Festins de la détresse, roman, 2005
Aminata Sow Fall est également l’auteur de pièces de théâtre et de poèmes, encore inédits.